Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; metas has a deprecated constructor in /var/www/vhosts/pasteur.mg/httpdocs/wp-content/themes/theme_pasteur/framework/helpers/metas.php on line 2
Peste à Madagascar : ce qu'il faut savoir - Institut Pasteur de Madagascar

Actualités

Peste à Madagascar : ce qu’il faut savoir

16/09/2017

Qu’est-ce que la peste ?

La peste est une maladie causée par une bactérie (Yersinia pestis). Dans plusieurs parties du monde (Afrique, Asie et Amérique), la peste peut se maintenir du fait d’un réservoir animal (cycle enzootique) . La peste se transmet entre rongeurs et à d’autres animaux par l’intermédiaire des puces des rongeurs sauvages.

Les rongeurs sont les réservoirs animaux les plus importants, mais d’autres mammifères, y compris les chats, les chiens, les lapins et les lièvres, peuvent aussi être infectés.

Rat capturé lors de l'investigation d'épidémie de peste

Rat capturé lors de l’investigation d’épidémie de peste.
© Sitraka ANDRINIVO / Institut Pasteur de Madagascar

Comment la peste est-elle transmise ?

Le plus souvent, les infections humaines se produisent dans les ménages, lors d’une épizootie (épidémie chez les animaux) chez des rats en contact avec l’homme. Le bacille est souvent transmis par la piqûre de puces infectées. L’homme s’infecte rarement pendant les épizooties survenant dans les foyers naturels. Cependant, il peut s’infecter lorsque les puces infectées recherchent un repas sanguin après la mort des rongeurs infectés.

Il existe trois voies principales de transmission de la peste chez l’homme :

  • La piqûre d’une puce infectée est la voie de transmission la plus commune. Elle implique généralement la transmission par la puce de la bactérie du rongeur infecté à l’homme.

  • Le contact direct lors de la manipulation d’animaux infectés peut également entraîner une infection humaine. La bactérie peut pénétrer dans l’organisme humain par des lésions cutanées ou des muqueuses de la bouche, du nez ou des yeux.

  • La transmission aérienne de l’agent infectieux peut se produire lorsque des gouttelettes contenant des bactéries émises notamment lors de la toux sont inhalées par d’autres personnes.

Quelles sont les trois principales formes cliniques de la peste ?

Peste bubonique

Résulte de l’infection des ganglions lymphatiques qui drainent la partie du corps où le bacille est entré dans l’organisme.

Période d’incubation : 1 à 7 jours

Symptômes: apparition soudaine de fièvre, mal de tête, frissons, faiblesse et apparition de bubons (ganglions inflammatoires).

Sans traitement 50 à 60% des malades atteints de peste bubonique décèdent. Elle n’est pas transmise directement d’une personne à une autre à moins qu’il n’y ait un contact direct avec le pus de bubons suppuratifs.

Peste pulmonaire

Résulte :

  • de l’infection directe du système respiratoire par une transmission aérienne direct (peste pulmonaire primaire) ou

  • de l’ensemencement dans les poumons, à la suite d’une infection sanguine (peste pulmonaire secondaire).

Période d’incubation : 1 à 4 jours ou même moins de 24 heures.

Symptômes : fièvre, maux de tête, malaise général, pneumonie avec des essoufflements, douleurs thoraciques, toux avec ou sans production de crachats striés de sang. La pneumonie peut provoquer une insuffisance respiratoire et un choc.

La peste pulmonaire non traitée est invariablement mortelle. Cette forme est hautement transmissible entre les humains.

Peste septicémique

Due à la dissémination de l’infection dans la circulation sanguine.

Symptômes : fièvre, frissons, malaise général, douleurs abdominales, choc et éventuellement des saignements de la peau et des autres organes. La peau et d’autres tissus peuvent devenir noirs, surtout au niveau des doigts, des orteils et du nez. Elle peut également entraîner une méningite, un choc endotoxique ou une coagulation intravasculaire disséminée.

La peste septicémique peut être la première forme observée de la peste, ou peut faire suite à une forme bubonique non traitée.

Comment la peste peut-elle être traitée ?

La peste peut être traitée efficacement avec des antibiotiques. Le traitement doit être mis en place le plus rapidement possible.

La létalité (% de décédés chez les malades) dépend de la rapidité avec laquelle le traitement a été mis en place. Les mesures de contrôle au cours des épidémies comprennent les procédures d’isolement des cas suspects, la chimioprophylaxie des personnes contacts, l’assainissement visant à diminuer la population de rats, et la lutte antivectorielle.

Yersinia pestis résiste peu dans le milieu. La lumière du soleil, la température élevée et la déshydratation ont un effet destructeur, et les désinfectants ordinaires et les préparations contenant du chlore peuvent tuer le bacille en 1 à 10 minutes.

Investigation de peste à Ambalarano Inosy, Befotaka en Décembre 2016

Investigation de peste à Ambalarano Inosy, Befotaka en Décembre 2016
© Sitraka ANDRINIVO / Institut Pasteur de Madagascar

Comment la Peste est-elle apparue à Madagascar ?

La peste a débarqué à Madagascar en 1898 par des bateaux à vapeur venant d’Inde.

En savoir plus : [PUBLICATION] Actualités épidémiologique de la peste à Madagascar (Ratsitorahina M & Al, 2002)

Quelle est la situation actuelle de la peste à Madagascar ?

A Madagascar, la peste sévit dans quatre types de foyers : des foyers selvatiques, des foyers ruraux sur les Hauts-Plateaux, un foyer urbain sur les Hautes-Terres à Antananarivo et un foyer urbain côtier à Mahajanga. L’épidémiologie de la peste dans ces quatre foyers diffère par la nature par la nature des réservoirs et des vecteurs impliqués.

Sur les Hauts-Plateaux, la saison de la peste humaine s’étend d’octobre à avril, alors que dans la région de Mahajanga, elle est de juillet à novembre.

La peste est endémique à Madagascar avec un nombre de cas humains rapportés variant de 280 à 600 par an.

En savoir plus : A propos de l’Unité Peste

Que devraient savoir les voyageurs sur l’état actuel de la Peste dans les zones urbaines de Madagascar ?

À ce stade et sur la base des données disponibles sur la situation actuelle, le risque de contracter la peste pour les voyageurs dans les zones touchées à Madagascar est considérée comme faible. Les zones où les cas de peste ont été signalés ne sont pas des zones particulièrement touristiques.

A ce jour, l’OMS ne recommande aucune restriction de voyage ou de commerce à Madagascar et les autorités locales n’ont imposé aucune restriction de mouvement dans et hors des districts où les cas ont été observés.

La prudence, sans céder à l’affolement ou à la panique doit cependant être de mise. Il convient, devant tous signes évocateurs de peste, notamment pulmonaires (cf ci-dessus) de consulter un médecin au niveau du centre de santé le plus proche. La prise en charge des malades et de leurs contacts est gratuite mais seul un médecin est habilité à prescrire une éventuelle prophylaxie par antibiotique.