Actualités

Investigation d’épidémie de peste pulmonaire à Miandrandra du 1er au 3 septembre 2021

Suite à la notification de cas de peste pulmonaire à Miandrandra, district d’Arivonimamo, le 30 août 2021 ; une équipe de l’Institut Pasteur de Madagascar a effectué une mission d’investigation épidémique sur les lieux avec le Ministère de la Santé publique du 1er au 30 septembre 2021.

Pour rappel, la saison à forte transmission de la peste dans les Hautes Terres centrales de Madagascar s’étend de septembre à avril et la riposte doit être mise en œuvre le plus tôt possible pour être efficace. Cette mission d’investigation entre dans le cadre du projet RISE (Recherche, Innovation, Surveillance et Evaluation) financé par l’Agence américaine d’Aide au Développement international (USAID).  

L’investigation a pour objectif de reconstituer de façon détaillée l’historique de l’épidémie et d’identifier par une recherche active les cas et les contacts pour étudier les modes de transmission, les groupes les plus à risque et les facteurs de risque de diffusion de l’épidémie.

 Si la source de l’infection est en cours d’identification, les paramètres ayant entraîné cette résurgence sont en revanche connus. Dr Minoarisoa Rajerison,  de l’Unité Peste de l’Institut Pasteur de Madagascar d’expliquer : « La zone touchée fait partie des foyers de peste sur les hautes terres centrales. Arivonimamo a déjà connu une forte activité en termes de notification de cas de pestes humaines avant 2015, l’incidence a connu une diminution avant l’apparition de cette épidémie de peste pulmonaire. ».

D’après l’analyse des données de l’investigation d’épidémie de Miandrandra, les groupes plus à risque sont les adultes. La maladie se transmet plus facilement en cas de : participation aux veillées mortuaires, présence d’un rassemblement durant la maladie et/ou le décès de cas d’index, favorisant le contact direct avec le cas index et/ou les membres de sa famille (probablement déjà malades, avec ou sans signes cliniques). Dr Minoarisoa Rajerison met l’accent sur la nécessité d’informer la population sur les signes cliniques de la peste pulmonaire et de la sensibiliser sur les conduites à tenir en cas de contamination, afin d’éviter une flambée épidémique d’une part et pour éviter l’évolution de la maladie vers le décès d’autre part. «  Il est également important de sensibiliser la population au niveau des districts- touchés ou non-  à suivre une bonne hygiène de vie et d’appliquer les mesures à prendre par rapport à la circulation des rongeurs, notamment les rats. »  ajoute-t-elle.

L’équipe de l’IPM en route pour Miandrandra
Arrivée de l’équipe de l’IPM au CSB II de Miandrandra
Préparation des pièges à rats, avant mise en place
Autopsie de rats