Actualités

Conférence IPM : lundi 24 janvier à 15h – Salle de Conférence IPM

« Les Yersinia : des micro-organismes modèles pour investiguer l’émergence de la pathogénicité dans le monde bactérien » par Javier Pizarro-Cérda

Le genre Yersinia inclut des bactéries environnementales, mais également des bactéries pathogènes d’insectes (Y. entomophaga, Y. pestis), des pathogènes de poissons (Y. ruckeri) et des pathogènes humains (Y. enterocolitica, Y. pseudotuberculosis et Y. pestis). Les bactéries du genre Yersinia sont donc d’excellents modèles pour étudier l’émergence et l’évolution des traits pathogéniques dans le monde bactérien. Au sein de l’Unité de Recherche Yersinia, nous profitons de la surveillance épidémiologique et du séquençage génomique de nos collections bactériennes historiques pour caractériser la diversité au sein du genre Yersinia, étudiant en particulier les adaptations moléculaires des bactéries entéro-pathogènes Y. enterocolitica et Y. pseudotuberculosis, caractérisant la divergence évolutive entre l’agent de la peste, Y. pestis, et son ancêtre Y. pseudotuberculosis, et étudiant la dispersion et phylo-géographie de Y. pestis au cours de la troisième pandémie de peste.

« Vaccination contre la Peste, où en est-on ? » par Christian Demeure

Yersinia pestis, l’agent causal de la peste, a tué des millions d’humains au cours de trois pandémies et fait partie des agents bactériologiques les plus mortels affectant l’homme. La peste est considérée comme une maladie ré-émergente et Y. pestis est une arme biologique potentielle (MOT ou niveau 1) à usage terroriste. Étant donné que des souches résistantes aux antibiotiques de Y. pestis ont été observées, la vaccination contre la peste pourrait devenir le seul moyen de lutter contre la maladie. Aucun vaccin contre la peste sûr et efficace n’est actuellement disponible mais plusieurs candidats existent dans le monde et ont passé la phase 2 des tests cliniques. La possibilité d’organiser des tests de phase 3 s’avère compliquée et est en débats.

A l’Institut Pasteur de Paris, en collaboration avec l’Institut de Madagascar, nous avons construit un vaccin vivant atténué constitué par une Y. pseudotuberculosis, désignée VTnF1. L’opéron caf a été inséré pour induire la production de la pseudocapsule F1. La vaccination orale chez la souris induit une réponse humorale élevée ainsi qu’une forte réponse cellulaire et chacune (anticorps ou cellules) seule peut conférer la protection. Lors d’une seule vaccination orale, cette souche confère une protection à 100 % contre une infection mortelle par la peste pulmonaire causée par la souche de référence CO92. VTnF1 offre également une protection à 100 % contre la peste bubonique et la peste bubonique et pulmonaire causée par une Y. pestis non encapsulée (F1-) virulente comme pourrait être conçue à des fins malveillantes. Pour relier la réponse immunitaire des animaux protégés à celle des humains vaccinés, nous avons montré que les IgG anti-F1 sont de bons corrélats de protection, prédisant efficacement la survie des animaux à la peste bubonique. Le vaccin est breveté, et en 2022 nous commençons à évaluer le vaccin chez les primates non humains (macaques), une étape importante avant les essais cliniques chez l’homme.

La conférence peut être suivie par visioconférence à partir du lien ci-après : https://zoom.us/j/96921290979

Meeting ID: 969 2129 0979

Passcode: 286353

A noter que le nombre de personnes pouvant se connecter est limité à 100